La FTQ inquiète des propos de la ministre des ressources naturelles

Nouveau régime forestier

Jean-Marc Crevier

Jean-Marc Crevier

Saguenay, le 4 décembre 2012 – La FTQ du Saguenay–Lac-St-Jean–Chibougamau-Chapais est fortement préoccupée par le peu de sensibilité que la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet a démontré dans l’entretien qu’elle a accordé au journal Le Quotidien de ce jour à propos des entrepreneurs forestiers. « Sa réflexion sur les pertes d’emploi que subissent ces travailleurs en raison de l’application du nouveau régime forestier semble relever de la pensée magique. Elle considère que cette « incertitude ne devrait pas être trop longue » », s’est indigné Michel Routhier, travailleur de scierie et président du Conseil régional FTQ haut du Lac-St-Jean–Chibougamau-Chapais.

« Pour ce qui nous concerne, le problème est pas mal plus grave que ce que la ministre laisse entendre. On a des membres qui sont réellement dans le pétrin ou qui le seront prochainement » a commenté Jean-Marc Crevier, représentant régional de la FTQ. Le syndicat prévoit la perte de nombreux emplois de qualités pour les opérateurs et entrepreneurs (propriétaires d’équipements) qui sont membres de la FTQ et qui sont présentement couverts par une convention collective. La FTQ s’inquiète aussi du fait que la relève qui se fait déjà rare risque d’être encore moins présente en raison de l’insécurité et de la précarité des emplois que la réforme va engendrer.

La centrale syndicale craint en effet que les grandes entreprises forestières comme Résolu, n’ayant plus l’obligation de conserver ces travailleurs à leur emploi (pour la partie du bois qui viendra des enchères), les forcent à soumissionner s’ils veulent maintenir du travail, et ce, sans avoir des conditions minimales prévues dans une convention collective. « Déjà, ils arrivent à peine dans le contexte actuel de la crise forestière, nous voyons mal comment ils pourront s’en sortir avec des règles plus contraignantes financièrement. Ils vont devoir augmenter les risques en supportant la valeur du bois pour avoir un permis tout en ne sachant pas s’ils pourront le vendre, quand ils pourront le faire et surtout à quel prix », a déploré le représentant régional. « Est-ce que la ministre Ouellet est rendue d’accord avec les grandes entreprises qui cherchent à se départir de leur main-d’œuvre en utilisant la sous-traitance ce qui a pour effet de tirer les conditions de travail vers le bas ? « de conclure Jean-Marc Crevier.

Une lettre à la ministre reprenant ces inquiétudes et la demande d’un report d’un an de la mise en vigueur de certaines des mesures du nouveau régime forestier a d’ailleurs été envoyée, la semaine dernière, par l’un des syndicats affiliés à la FTQ, le Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP-FTQ). De même, une délégation de propriétaires de machineries forestières et de représentants des travailleurs forestiers accompagnera les dirigeants du SCEP-FTQ devant la commission parlementaire de l’Assemblée nationale qui étudie présentement le projet de loi 7 et qui concerne le régime forestier, ce jeudi après-midi à Québec. La direction du Syndicat des Métallos-FTQ, qui représente entres autres les travailleurs de Chantiers-Chibougamau, Barrette-Chapais et de Produits forestiers Arbec, sera également présente.

-30-

Source : FTQ Saguenay–Lac-St-Jean–Chibougamau-Chapais
Pour information :
Jean-Marc Crevier, représentant régional FTQ
Michel Routhier, président du Conseil régional FTQ haut du Lac-St-Jean–Chibougamau-Chapais