« Le gouvernement de Stephen Harper et ses représentants dans la région sont complètement déconnectés de notre réalité » -Michel Routhier, président du Conseil régional FTQ du Haut du Lac-Chibougamau-Chapais

LES TRAVAILLEURS DU HAUT-DU-LAC-SAINT –JEAN LANCENT UN CRI D’ALARME

Roberval, jeudi 9 octobre 2008 – À quelques jours du scrutin fédéral du 14 octobre, les représentants des quelque 5 000 travailleurs du Haut-du-Lac-Chibougamau-Chapais lancent un cri d’alarme et exigent que le gouvernement fédéral remette ses priorités à la bonne place.

Des conservateurs complètement déconnectés de notre réalité

« On a un ministre, Blackburn, qui coupe les subventions aux organismes de développement économique et un député, Lebel, qui promet une aluminerie qui prendrait plusieurs années à se réaliser. Personne est contre une aluminerie dans le haut du lac, mais ces gens sont complètement déconnectés de notre réalité, ils ne voient pas ou ne veulent pas voir la saignée des emplois dans notre région », a indiqué Daniel Leblond, président de la section locale 1495 du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier qui représente les travailleurs de la scierie de Mistassini.

Un peu d’espoir pour nos jeunes

« Les travailleurs du Haut-du-Lac ont besoin d’une aide d’urgence, pas de promesses vides. On a besoin de programmes d’aide adéquats pour nos travailleurs âgés qui perdent leur emploi, de programmes de formation pour les travailleurs plus jeunes, de projets bien concrets pour donner un peu d’espoir à nos jeunes dont la seule issue est de déménager à Québec ou à Montréal », a repris pour sa part Michel Routhier, président du Conseil régional FTQ du Haut du Lac-Chibougamau-Chapais.

Le jovialisme économique de Stephen Harper et de ses représentants

Les deux dirigeants syndicaux ont fustigé le jovialisme du premier ministre conservateur qui répète depuis une semaine que l’économie canadienne se porte bien, qu’on va éviter la crise. « C’est clair que ce gars là ne parle pas de la forêt, des scieries ou des petites entreprises de notre région qui en dépendent. Il parle des pétrolières de l’Ouest qui croulent sous l’argent de généreuses subventions versées à même nos taxes et nos impôts.

On se croirait sur une autre planète

« Entendre ça quand nos gens risquent de perdre leur maison, leurs maigres économies et dans certains cas, être obligé de remettre leur clef de leur abatteuse à la banque à cause de la crise forestière qui sévit, on se croirait sur une autre planète. Si notre message n’a pas passé depuis trois ans pour les Blackburn, Lebel ou Harper, on va s’arranger pour qu’il passe le 14 octobre prochain, dans l’isoloir », ont conclu les deux dirigeants syndicaux.

-30-

Source : Michel Routhier, président du Conseil régional FTQ du Haut du Lac-Chibougamau-Chapais, tél : 418-630-1960
Renseignements : Daniel Leblond, président du SCEP section locale 1495,
tél. 418-671-1486