« Le vendredi 05 octobre 2007OTTAWA ET LA CRISE FORESTIÈRE"Faut continuer à mettre de la pression" - Henri Massé

Extrait du journal Le Quotidien du vendredi, 05 octobre 2007

Stéphane Bégin
Le Quotidien
LA BAIE
« Il faut continuer à mettre de la pression sur Ottawa pour que le gouvernement en fasse davantage pour résorber la crise forestière.
Le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Henri Massé, a passé la soirée d’hier dans la région afin de participer à la rencontre annuelle des délégués sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de Chibougamau-Chapais.

Henri Massé, qui ne demande pas un renouvellement de mandat en novembre à la tête de la FTQ, ne cache pas que la crise du milieu forestier est profonde.

« Québec a fait un bon pas en investissant un milliard de dollars, mais encore là ce ne fut pas suffisant, de dire Henri Massé. Du côté d’Ottawa, le gouvernement a seulement injecté un montant de 400 millions de dollars, mais pour tout le Canada.

Plus d’argent ou pas, le président de la FTQ croit que le milieu forestier aurait tout de même vécu une crise, mais les travailleurs de cette industrie aurait pu y voir un espoir, une position de sortie face à cette crise.

Autre élément qui inquiète Henri Massé, ce sont les chicanes entre les régions, mais aussi à l’intérieur même des régions.

« J’ai déjà entendu dans une scierie que les gars n’étaient pas malheureux que l’autre scierie du coin ait dû fermer ses portes, car cela pouvait les sauver du même sort.

« Ça n’a pas de sens », indique Henri Massé.

Réseau FTQ

Le président de la FTQ est aussi heureux de participer au 20e anniversaire du Réseau FTQ. Il s’agit de délégués sociaux qui sont à l’écoute des collègues de travail qui vivent des problèmes d’alcool, de drogue ou de violence conjugale et qui ne peuvent se régler par le biais de la convention collective.

« Il faudrait une raison majeure pour que je n’assiste pas à cette rencontre. Il faut rendre hommage à ces bénévoles, qui peuvent être dérangés à toute heure du jour ou de la nuit », dit-il. Représentant régional de la FTQ, Jean-Marc Crevier mentionne que le Réseau est de plus en plus sollicité. « Avec tout ce qui se passe dans la région, nos délégués sociaux sont interpellés plus que jamais afin de soutenir les gens dans leur milieu de travail. Il est important de se regrouper, d’en parler et de se donner les meilleurs outils nécessaires pour aider autant que possible », de dire M. Crevier.

Pour revenir à Henri Massé, il entend bien revenir dans la région une fois qu’il aura quitté la présidence de la FTQ. « Mais ce sera en touriste. J’aime bien cette région pour y être venu souvent pour la pêche.

« Ce que je vais retenir du Saguenay-Lac-Saint-Jean, c’est que les travailleurs, notamment de la FTQ, se sont battus pour les conditions de travail et ont souvent été à l’avant-garde des politiques établies. Elle a été une région baromètre pour la FTQ par son engagement social plus large que dans bien des endroits », a conclu Henri Massé.

»