« On demande de l’aide et on devient l’ennemi à abattre ! »

Appel à la solidarité régionale

–Yvan Tremblay et Michel Routhier,
présidents des Conseils régionaux FTQ de la région

Jonquière, le 14 octobre 2009 – « On demande de l’aide et on devient l’ennemi à abattre » C’est en ces termes que la FTQ régionale a réagi à la médiatisation excessive et négative provoquée par les propos de Jean-Marc Crevier lors d’un appel à la solidarité régionale jeudi dernier. La FTQ régionale appuie entièrement son représentant et se dit choquée du traitement qu’en ont fait certains médias.

Les présidents Yvan Tremblay et Michel Routhier, respectivement du Conseil régional FTQ Saguenay–Lac-St-Jean et du Conseil régional FTQ haut du Lac-St-Jean–Chibougamau-Chapais, appuient non seulement leur confrère Crevier mais dénoncent aussi le traitement négatif de plus en plus fréquent des interventions syndicales.

La couverture d’un appel à l’aide que les travailleurs et les travailleuses d’AbitibiBowater de Dolbeau-Mistassini ont demandé à Jean-Marc Crevier de faire a été des plus mesquines et plus particulièrement par l’éditorialiste Carol Néron : « Nos propos sont souvent tournés au négatif lorsqu’ils sont rapportés » de dire Yvan Tremblay qui déplore que la population soit ainsi privée d’une partie de l’information. « Nous croyons que le dossier d’un ex-représentant de la FTQ-Construction fait en sorte que nous sommes souvent interprétés de cette façon, mais il serait peut-être temps une fois pour toutes de faire la différence entre une organisation et un individu! » continue celui qui précise que ce n’est pas Jean-Marc Crevier qui peut à lui seul faire le ménage dans ce dossier-là. « Ne croyez-vous pas que les interventions qu’il a eu à faire là-dedans n’ont pas été faites, aux bonnes personnes, et depuis longtemps ? Quiconque peut se vanter de connaître Jean-Marc Crevier est assuré que sa job est faite pour ça! Et après, il continue le travail qu’on attend de lui en se concentrant sur les dossiers régionaux. » Il poursuit en mentionnant que le président de la FTQ, M. Michel Arseneault, fait son travail dans ce dossier et qu’il le fait bien.

De son côté, M. Michel Routhier, président du Conseil régional FTQ haut du Lac-St-Jean–Chibougamau-Chapais qui regroupe à lui seul à peu près tous les travailleurs forestiers et des pâtes et papiers du haut du Lac-St-Jean, mentionne que lorsqu’on dit que le représentant régional de la FTQ entre avec ses gros sabots dans le dossier AbitibiBowater de Dolbeau-Mistassini, on ne peut que constater un manque d’information flagrant puisque Jean-Marc Crevier s’occupe activement de ce dossier depuis le tout début avec les syndicats en place.

« Il ne faut surtout pas faire croire que le fait de dire que les gens sont prêts à tout est un appel à la violence! Il me semble que des attitudes si négatives pour interpréter des propos sont plus
Page 1

Page 2
mesquines qu’autre chose !» de déclarer le président Routhier qui cherche le lien entre les dossiers AbitibiBowater et Wal-Mart ce qui prouve bien encore là, selon lui, un réel manque de connaissance de ces dossiers.

Quant aux critiques de Jean-Marc Crevier qui sont qualifiées de politiques, les dirigeant syndicaux régionaux poursuivent que ce n’est pas de la faute des travailleurs d’AbitibiBowater si l’annonce de la fermeture survient en période électorale : « De toute façon, ce n’est pas ça, faire de la politique mais si cela peut aider à ce dossier, et bien, pourquoi pas! Ce n’est un secret pour personne que c’est dans ce temps-là que les élus sont le plus à l’écoute : lorsqu’il est question de se faire élire, les oreilles sont pas mal plus grandes » de dire Michel Routhier de concert avec Yvan Tremblay et en réponse à Carol Néron qui, lui, en fait de la politique et de façon démesurée. De plus, ils ajoutent qu’en politique, on peut, comme citoyen, comme organisation, se permettre un jour de critiquer le travail d’un élu et le lendemain de lui demander de l’aide. « Si on ne peut plus faire cela, on n’a vraiment pas grand poids dans la balance. »

« Le confrère Crevier milite dans plusieurs dossiers et siège à des postes stratégiques. Il est parfaitement au parfum des enjeux dans toutes les causes où il s’implique et il le fait en accord avec nous, membres qu’il représente en région » de dire les deux présidents des Conseils régionaux FTQ. Lorsqu’il en appelle au maire de Saguenay, c’est en croyant fermement que son poids politique peut donner un solide coup de main jusque dans le haut du Lac-Saint-Jean.»

La FTQ trouve également exaspérant de devoir se battre et consacrer des énergies précieuses contre des gens qui auraient tellement un meilleur impact sur toute la région et sa population s’ils étaient plus positifs eux-mêmes. « Si nous prenons le temps de faire cette mise au point, même si nous sommes interpellés dans plusieurs dossiers de grandes importances, c’est pour replacer la perception de notre travail. » disent ceux qui confient des mandats clairs à leur représentant.

Les deux présidents syndicaux terminent en mettant l’accent sur tout le travail accompli par leurs Conseils régionaux FTQ et leur représentant régional. Ces derniers savent que leur confrère fait avancer les dossiers, qu’il dit haut et fort ce que peu de gens ont le courage de dire et qu’ils sont conscients que cela interpelle beaucoup de gens. « Il est clair qu’on ne peut pas nécessairement avoir tous la même opinion mais il est tout aussi clair qu’on travaille à l’avancement et au développement de notre région ».

Les leaders syndicaux profitent de cette tribune pour offrir leurs plus sincères condoléances à la famille de leur confrère Léger Bilodeau qui s’est éteint dimanche. M. Bilodeau est décédé après une dure lutte contre le cancer et après avoir travaillé sans relâche au dossier d’AbitibiBowater de Dolbeau-Mistassini et par le fait même, à l’avancement de tous les dossiers régionaux dans le domaine des pâtes et papiers. Ils tiennent à lui lever fièrement un dernier coup de chapeau.

Les Conseils régionaux FTQ Saguenay–Lac-St-Jean et haut du Lac-St-Jean–Chibougamau-Chapais regroupent dans la région plus de 25 000 membres de la FTQ qui est la plus grande centrale syndicale régionale.
– 30 –